La solidarité renforcée … des initiatives à faire germer !

La solidarité renforcée … des initiatives à faire germer !

Pendant le confinement, nous avons pu observer un bel élan de solidarité dans différentes sphères, dont celle des AMAP. Gardons cette belle énergie et renforçons ces initiatives pour qu’elles ne restent pas exceptionnelles et deviennent des projets de long terme !

L’AMAP, un système solidaire

Le confinement a été l’occasion de remettre la solidarité, une des valeurs piliers de l’AMAP, au coeur du partenariat. Des amapiens ont aidé leurs paysans partenaires à préparer en amont les paniers pour tous les adhérents, d’autres encore ont pris les paniers de certains adhérents éloignés ou plus fragiles face au virus et les ont portés jusqu’à chez eux … Nous avons pu mesurer la force du réseau des AMAP, c’était beau à voir !

Au niveau inter-régional aussi, le confinement a été une période forte en échanges et en mutualisation : les salarié.e.s des réseaux, accompagné.e.s parfois par des administrateur.trice.s ou bénévoles (amapiens et paysans),  se sont souvent réuni.e.s par téléphone pour faire le point sur la situation, s’échanger des informations et essayer, autant que possible, de parler d’une seule voix. De nombreuses AMAP ont souligné la réactivité du réseau, cela nous a fait chaud au coeur !

Si la majorité des AMAP a réussi à se ré-organiser, certains paysans n’ont pas pu assurer leurs livraisons. Que ce soit de leur fait (raisons médicales ou liées à l’organisation de leur ferme) ou du fait de leur groupe d’AMAP (décision de supprimer les livraisons), il est important de rappeler que la crise du covid 19 constitue un aléa sanitaire que nous devons supporter collectivement.

Comme le stipule le principe 5 de la Charte des AMAP, l’AMAP constitue une relation solidaire contractualisée sans intermédiaire, dans laquelle les paysans et les amapiens prennent en compte équitablement les aléas. Cet aléa sanitaire inédit est à prendre en compte au même titre que les autres types d’aléa que nous avons l’habitude de gérer (aléa climatique ou aléa de production).

Des initiatives solidaires chez les AMAP : l’AMAP Mon Bio Chou

L’AMAP Mon Bio Chou à Beauvais et certains de ses producteurs partenaires ont contribué à l’action de solidarité mise en place par l’entreprise ISAGRI et l’association Réagir. 150 paniers ont été délivrés au personnel hospitalier de Beauvais (3 livraisons de 50 paniers). Les paniers étaient financés par ISAGRI, et l’AMAP Mon Bio Chou a fait l’intermédiaire entre l’entreprise et ses producteurs partenaires. Ces derniers ont contribué à cette action de solidarité en s’adaptant aux impératifs de logistique (livraison, conditionnement spécial, etc.). Bravo à eux !

Discussions autour du projet de paniers solidaires porté par la CAF et la MSA

Pendant le confinement, la Caf nationale et la MSA ont réfléchi à un dispositif de paniers solidaires à déployer en urgence pendant la crise, selon une logique de double solidarité : offrir à des familles, identifiées par les services de la Caf ou par ses partenaires (centres sociaux par exemple), des paniers solidaires contenant des produits alimentaires frais issus des exploitations agricoles qui ont connu des difficultés liées aux pertes de débouchés du fait de la crise (fermeture des marchés, des restaurants et interruption des commandes des collectivités). Ainsi, ce projet a pour objectif de réaliser un double mouvement de solidarité : à l’égard des familles très en difficulté et à l’égard des agriculteurs en difficulté du fait de la situation de confinement. Plus d’informations dans ce communiqué de presse du 6 mai 2020.

Informé de cette initiative par le MIRAMAP, le réseau AMAP HDF a été un des interlocuteurs de la Caf pour la région Hauts-de-France. Nous avons partagé l’information à nos partenaires du réseau INPACT susceptibles d’être intéressés (Bio en Hauts-de-France, CIVAM, Initiatives Paysannes, Terre de Liens) pour qu’un maximum de producteurs du territoire soient informés.

Si l’initiative a abouti à deux expérimentations dans le Nord, celles-ci n’ont pas trouvé écho du côté des paysans de nos réseaux. Côté paysans en AMAP, la majorité était déjà bien débordée et a réussi – via les AMAP notamment – à gérer sa production. Il est clair que ce type de projet se réfléchit bien en amont et doit laisser aux paysans partenaires le temps de planifier leurs cultures en conséquence.

Quoi qu’il en soit, cela aura été l’occasion d’échanger sur cette thématique qui nous tient particulièrement à coeur et sur laquelle nous travaillons depuis plusieurs années à travers le dispositif P.A.N.I.E.R.S. (« Pour un Accès à une Nourriture Inclusive Ecologique Régionale et Solidaire ») en partenariat avec les associations Bio en Hauts-de-France et les Jardins de Cocagne.

Plus récemment, la Caf et la MSA réfléchissent au deuxième volet de leur projet, le premier ayant été déployé dans une temporalité très courte (le confinement). Il s’agirait dans ce deuxième volet d’étendre cette initiative de paniers solidaires à plus long terme (juillet à décembre 2020) et selon des modalités de remise des paniers différentes (un nouveau public bénéficiaire, une contribution financière demandée aux bénéficiaires et un volet pédagogique au dispositif avec une animation sur la thématique alimentaire accompagnant au changement des pratiques). Nous sommes actuellement en lien avec la Caf et la MSA pour voir dans quelle mesure ce dispositif peut rejoindre notre dispositif P.A.N.I.E.R.S. et dans quelles mesure le réseau des AMAP (AMAP et paysans) peut y être associé. On vous en dit plus quand ce sera plus précis !

Retour au sommaire de la lettre

2020-06-23T18:35:20+02:00 22 juin 2020|